17e colloque sur l’enseignement du japonais en France, juin 2020

17e colloque sur l’enseignement du japonais en France

Penser une « conception universelle de l’apprentissage (Universal Design for Learning) » : comment rendre les enseignements plus inclusifs

Organisé par l’Association des enseignants de japonais en France (AEJF)
Co-organisé par l’Université Paris Diderot et l’École polytechnique

Dates : le vendredi 12 et le samedi 13 juin 2020

Lieu : Université Paris Diderot 
    Halle aux Farines, 10 rue Françoise Dolto 75013 Paris

Conférences :
Tomomichi Kawamata (Université d’éducation de Hokkaido HUE)
José Puig (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés INSHEA)

Contact : Comité d’organisation du colloque <aejf2020★gmail.com>
                    (remplacer ★ par une arrobase)


Description

Penser une « conception universelle de l’apprentissage
(Universal Design for Learning) » :
Comment rendre les enseignements plus inclusifs ?

Maillon essentiel dans la construction d’une société inclusive, l’éducation inclusive est une approche éducative visant à permettre à tous les élèves, quelles que soient leurs particularités, d’étudier ensemble dans les mêmes conditions. Cette notion apparaît en 2006 dans la Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations unies, ratifiée à ce jour par 177 pays, dont la France et le Japon. Ce texte est novateur en ce qu’il affirme que le handicap n’est pas interne aux individus, mais « résulte de l’interaction entre des personnes présentant des incapacités et les barrières comportementales et environnementales qui font obstacle à leur pleine et effective participation à la société ». Sur le plan éducatif, cela se traduit non pas par une politique d’« accommodement raisonnable » consistant à effectuer des ajustements nécessaires sans imposer de charge disproportionnée aux personnes non handicapées, mais par la mise en place en amont d’un environnement permettant un apprentissage pour tous. La définition d’un tel environnement ne se limite pas aux infrastructures matérielles, mais inclut également les aspects immatériels, parmi lesquels la conception et la mise en place de séances pédagogiques.

Cette même convention définit la conception universelle (Universal Design), comme « la conception de produits, d’équipements, de programmes et de services, qui puissent être utilisés par tous sans nécessiter ni adaptation ni conception spéciale ». Or, les besoins des apprenants sont divers : leurs objectifs, connaissances et stratégies d’apprentissages diffèrent, tout comme leur âge, genre et langue première. De plus, certains peuvent présenter un ou plusieurs troubles d’apprentissage : la conception universelle semble donc particulièrement pertinente pour concevoir des cours pédagogiquement adaptés à un grand nombre d’apprenants dans des situations hétérogènes.

La conférence et l’atelier de la première journée seront centrés sur la « conception universelle de l’apprentissage » (UDL), cadre permettant de répondre aux besoins diversifiés des apprenants. La seconde journée proposera une conférence présentant un état des lieux de l’éducation inclusive en France, ainsi qu’un atelier au cours desquels les participants pourront réfléchir ensemble à ce qu’il leur est possible de réaliser dans ce cadre qui considère la diversité non comme un problème mais comme une richesse.
Ces conférences et ateliers seront complétés par plusieurs séries de communications parallèles et une session poster.

Que vous soyez chercheurs, enseignants, ou simplement intéressés par cette thématique, vous êtes tous conviés à venir partager vos idées lors de cette réflexion commune pour une société plus inclusive.


Conférenciers :
Tomomichi Kawamata (Université d’éducation de Hokkaido HUE)
José Puig (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés INSHEA)



Appel à communications

Condition :
Le ou les auteurs doivent être membres de l’AEJF.

Langues de travail : japonais ou français

Thématiques de communications :
Les travaux devront présenter des contributions non publiées antérieurement. Les auteurs sont invités à proposer des communications relatives au thème principal du colloque, mais les travaux pourront également porter sur tous les thèmes habituels de l’enseignement du japonais, incluant, de façon non limitative :
– linguistique japonaise (grammaire, phonétique, discours, études contrastives) ;
– acquisition / apprentissage de la langue (interlangue, analyse des erreurs) ;
– enseignement de la culture (interculturalité, société japonaise, communication) ;
– didactique du japonais (enseignement des compétences spécifiques – grammaire, kanji, conversation, lecture, rédaction –, activités dans la classe ou en dehors de la classe, programme, évaluation) ;
– élaboration des méthodes (manuel, enseignement à distance, e-learning) ;
– CECRL, JF standard ;
– autres (enseignement du japonais aux jeunes enfants, japonais en tant que langue parentale, formation continue de japonais, etc.).

Types de communications :
a. Communication orale
– recherche : travail original avec appui théorique ;
– compte-rendu : présentation claire d’une expérience d’enseignement.
b. Poster
– Le ou les auteurs s’engagent à se tenir devant leur poster lors de la séance posters afin de présenter leur travail et répondre aux éventuelles questions des participants. Le poster devra être en format A1 au maximum.

Modalités de soumission :
Remplissez le formulaire de proposition de communication et envoyez-le par courrier électronique.
Le formulaire est téléchargeable sur le site de l’AEJF.
– Il devra comporter au maximum 1000 caractères en japonais, ou 500 mots en français, et être accompagné de trois mots-clés. Les auteurs pourront utiliser la langue de leur choix (français ou japonais). Le titre, en revanche, doit être proposé dans les deux langues. Les relecteurs examineront notamment les trois points suivants :
(1) la clarté des opinions ;
(2) la pertinence de la méthodologie et/ou des données ;
(3) l’importance et l’originalité des travaux et la contribution qu’ils pourraient apporter à l’enseignement du japonais.
– Du fait du nombre limité de créneaux disponibles, les propositions ne seront pas toutes retenues. Le résumé fera l’objet d’une évaluation anonyme effectuée par deux relecteurs.

Adresse e-mail d’envoi :  aejf2020★gmail.com 
                                                             (remplacer ★ par une arrobase)

Indiquez comme objet de votre e-mail :
« aejf2020 Nom Prénom » suivi de « Communication », « Poster » ou « Renseignement » (ex. aejf2020 Yamada Hanako Communication). Plus d’informations sur le colloque sont disponibles sur le site de l’AEJF.

Date limite de soumission : vendredi 10 janvier 2020

Notification aux auteurs : mi-février 2020
Les auteurs des propositions acceptées devront rendre leur résumé définitif en japonais et en français, avant le vendredi 24 avril 2020, pour l’établissement des actes du colloque.
Les consignes aux auteurs seront communiquées ultérieurement.

Le formulaire à télécharger

Proposition AEJF2020 (20.3 KiB)